C’est mon Faceversaire aujourd’hui; 9 ans que Facebook fait partie de ma vie pour le meilleur et pour le pire.

Oui, certes, Facebook m’avait fait une vidéo pour célébrer tout ça, mais comprenez bien que des photos Facebook de moi il y a 9 ans, au Cégep, vous ne voulez pas voir ça.

Reste que je célébrerai pour vrai ce soir.

Facebook + Jessica = Amour

Vous le savez, fins observateurs que vous êtes, les réseaux sociaux constituent une partie majeure de ma vie.

Les réseaux sociaux, c’est deux congés maternité que j’ai passé pas mal moins isolée avec mes bébés parce que j’étais la seule de ma gang dans la « vraie vie » à en avoir. C’est jaser de couches lavables avec une amie du primaire qui n’habite plus ici depuis la 6e année, mais qui a vu sur Facebook que j’en utilisais et voulait mon avis.

Ce sont des amitiés du passé qui se sont épanouies grâce au Web, un gars pas revu depuis 14 ans, mais avec qui je parle tellement souvent sur Messenger que j’ai fini par aller en vacances avec ma famille dans sa maison dans le bas du fleuve. Des nouvelles amitiés également, dans des groupes d’intérêts où on se sent rapidement comme dans une famille.

C’est aussi mon point de contact avec mes meilleures amies du secondaire qui n’ont pas d’enfant et ma façon de conserver une place dans leur vie, à travers leurs voyages, leur vie à Montréal. Quand on se revoit, c’est vraiment comme si on s’était vus la veille. Même chose avec ma famille à l’extérieur de la région; Facebook nous aide à garder nos liens tissés serrés. 

C’est donc, avec le temps, devenu une légère (hum, hum) dépendance, un outil parfait de communication pour moi, une fille extravertie par moment, mais aussi très introvertie parfois.

Les médias sociaux comme travail

Les médias sociaux, j’en ai fait mon travail, mon champ d’expertise, ma spécialité. Aujourd’hui, à longueur de semaine, je suis sur Facebook, j’enseigne Facebook, j’aide des entreprises à y prendre leur place et à y faire des affaires, j’en parle même en conférence.

De plus, en devenant mon gagne-pain, Facebook m’a apporté d’autres genres d’amis. Des collaborateurs géniaux avec qui je jase de mes défis en tant qu’entrepreneure, seule dans mon bureau au Saguenay. Ils sont de partout au Québec, mais avec le Web, ça n’a pas d’importance. On se soutient quand un dossier est plus difficile, on partage des trucs, des ressources, des informations sur les nouveautés en lien avec les réseaux sociaux. On célèbre nos succès aussi. Puis, quand la route nous mène dans la région d’un autre, on va boire un café, on va luncher, on transpose le virtuel dans le réel.

Facebook me permet aussi de contribuer concrètement à l’économie de ma belle région du Saguenay. Chaque entreprise, chaque PME que je rencontre se positionne tous les jours un peu mieux face à la compétition, se démarque et prospère. Avoir le sentiment d’aider, d’être utile, de faire une différence dans la vie de ces entrepreneurs qui travaillent très fort, c’est magique.

Oui, parfois Facebook est le lieu de commentaires disgracieux, d’intimidation et de bien d’autres choses encore qui sont loin de faire ressortir la beauté du monde. Mais la « vraie vie » en ressort aussi. Facebook n’est beau qu’à la hauteur des utilisateurs qui s’y trouvent. C’est un simple outil.

C’est à nous d’en faire quelque chose de beau, d’authentique, d’utile et de pertinent. C’est ce que j’ai le sentiment de faire chaque jour et c’est que je fêterai ce soir.

 

Communicatrice depuis toujours, c’est dans le domaine du Web et des médias sociaux que je transpose ma passion dans le monde professionnel. Vulgarisatrice incontestée, j’explique les concepts simplement, du marketing de contenu aux bonnes pratiques du Web, en passant par la présence corporative sur les médias sociaux.